Jean-Baptiste Gouraud, graphiste et dessinateur, passionné par l’art, partage quelques astuces pour réussir à dessiner un visage, mais surtout, à le rendre expressif. Et oui, l’exercice n’est pas si évident qu’il n’y paraît ! Mais avec de l’application et de la pratique, dessiner un visage sera alors un jeu d’enfant !

L’importance des expressions faciales

Comme Jean-Baptiste Gouraud nous l’explique, dessiner un visage demande un grand travail de nuance et de subtilité. En effet, la forme en elle-même n’est pas la difficulté majeure, elle est assez simple à mettre en forme selon le niveau. Là où le bât blesse, c’est pour les expressions faciales.
Il faut en effet réussir le tour de force de rendre un visage expressif, que le dessin fasse ressortir instantanément le ressenti du personnage, une atmosphère. Et c’est là que le talent du dessinateur entre en jeu, pour parfaire les muscles faciaux et ainsi rendre son personnage « réel ».

Les expressions de base en dessin

Avant toute chose, Jean Baptiste Gouraud conseille de s’entraîner… face à un miroir ! Rien de plus parlant que de voir de ses propres yeux les différents types d’expression possibles. Le cerveau les enregistre, il est alors plus facile de les visualiser et de les reproduire.
En dessin, on retrouve essentiellement six expressions faciales de base, liées à des émotions :

  • La joie : il y a un grand travail au niveau des yeux, avec les sourcils qui montent et qui prennent une forme d’arc-en-ciel, tout comme les yeux. La bouche quant à elle s’étire pour prendre la forme d’une banane ;
  • La surprise : tous les éléments vont être arrondis, presqu’à l’extrême, avec les yeux et la bouche grands ouverts ;
  • La tristesse : contrairement à l’émotion précédente, les parties vont plutôt être fermées. Les yeux tendent vers le bas, la bouche aussi, avec des rides de crispation ;
  • La colère : la bouche descend profondément, laissant même apparaître les dents, tandis que de profondes rides marquent l’arcade sourcilière ;
  • Le dégoût : cette émotion reprend les bases de la tristesse et de la colère, avec les yeux fermés et un froncement du nez ;
  • La peur : assez similaire à la surprise, cette émotion travaille plus les sourcils, pour les rapprocher jusqu’à déformer la peau.

Pour plus d’information sur la peinture cliquez ici.