emergenza

Le vainqueur d’Emergenza a longtemps été invité sur la tournée du Vans Warped tour.

Petit résumé de l’ambiance sur place.

Bon, que vous dire d’une tournée, au final je considère que vous savez, ou pensez savoir, de quoi on parle quand on emploie le mot tournée. Vous vous imaginez ces files de camions remplis de matériel, ces journées de 70 heures rythmées en 5/4, montage – line check – concert –  démontage  – route de nuit, ces foules immenses qui se pressent dès le matin pour avoir les meilleures places puis le midi au stand de hotdog, ces stands de merchandising à n’en plus finir, ces groupes aux coupes hirsutes et aux tenues destroy, ces dizaines de kilowatt qui fendent jusque la stratosphère, bref une tournée quoi.

Le Vans Warped Tour c’est à peu près ça, enfin, c’est complètement ça et même puissance 10. Je pourrais vous faire une liste de chiffres ahurissants ou mettre des noms  évocateurs  les uns à côté des autres, mais ça n’aurait pas de sens, je ne vous parlerai donc pas des 48 dates, 70 groupes à l’affiche, 700 000 spectateurs, ou des 30000 km à parcourir en deux mois à peine et autres statistiques, les statistiques de toute façon c’est une science d’ignare, de personne irréfléchie.

Pour nous et pour le groupe vainqueur d’Emergenza, le warped tour c’est vraiment LA tournée par excellence. Certes c’est une là une légère occasion de jouer un peu partout aux Etats-Unis, ce qui représente une opportunité sympathique, mais c’est surtout l’occasion de visiter des coins où vous n’auriez jamais pensé aller, sincèrement. Dites moi qui irait à Bonner Springs dans le Kansas, à Boise dans l’Idaho ou encore à Las Cruces au Nouveau Mexique ? Et bien le warped tour il y va !

Avec Munshy, LE groupe de Hard Core Trip Hop Parisien, on en a profité après avoir réalisé une vidéo pour MTV France (eh oui, nous avons MTV en France, il n’y a pas que la musette – enfin…) pour visiter Tijuana. Tijuana ce serait un peu le négatif de la carte postale paradisiaque, c’est simple c’est aussi pauvre et désert que San Diego à deux kilomètres en face peut être opulente et luxuriante.

L’avantage du groupe qui partira sur la tournée ? Vous donnez votre langue au chat ? …. Le « truc en plus» c’est que non seulement le groupe est en tournée mais en plus il est un peu en vacance. Je précise, ces petits veinards ne suivent pas le warped tour avec des bus de tournée encombrants et pas pratiques (départs et arrivées collectives) mais à bord d’un van.

Ernie Ball (partenaire au combien efficace de l’événement) loge le groupe dans des hôtels en tout points agréables (ceux dont la fille du propriétaire est vidéaste amateur) au confort tout sauf spartiate (quoi qu’une fois dans l’état de New York la piscine était à peine à 22°, insupportable). Ajoutez à cela que lors des deux trois dernières années, la majorité des dates s’est faite proche de stations balnéaires de Floride ou de Californie et cela vous donne une idée des semaines américaines de notre vainqueur. Evidement, c’est l’été et l’on préférerait tous aller dans notre traditionnelle Baie de Kiel, à Rimini, Brighton ou Saint Tropez mais parfois notre devoir de musicien et futur rock star nous rattrape.

Le quotidien est assez plat, les premiers jours, on s’adapte à ce nouveau climat, à ces portions de fast food pour gens de forte corpulence, lorsque l’on est sur le lieu du concert, on reste, on veut voir Deftones, Nofx ou Eminem, les saluer en loges comme avec Nervous Nellie en 2004. Un jour, le combo de stockholm vainqueur en 2003 font le grand saut et se décident à rencontrer leurs compatriotes suédois de International Noise Conspiracy. Ceux-ci nous accueillent poliment puis viennent poliment les voir jouer sur la scène Ernie Ball et finissent même poliment par les inviter à ouvrir leur tournée européenne de l’automne suivant, quelle éducation ces scandinaves ! Les premiers jours sont difficiles et puis ensuite on se fait à la situation et on prend son destin en main. On écrit des programmes types de ce genre :

9:30 Lever, ,déjeuner buffet à volonté,

10:30, 20 minutes de piscine (ou jacuzzi, attention à ne pas se lasser),

11:15 départ pour le concert,

12:00, arrivée à la scène et constatation sur l’écran géant de l’horaire de passage, 14:00, Line check,

14:30, concert, devant quelques centaines de fans déchaînés

15:10, bière de récupération,

15:30, apprécier un des headliner que l’on aime bien,

16:00 choix d’une plage alentour ou autre activité (mini golf, magasin de musique de 3000m2,…)

18 :00 départ pour la ville suivante

22 :00 arrivée à l’hôtel, dîner, bar à cocktail, piscine.

Surtout, si vous connaissez un groupe qui part sur la tournée ou si vous-même vous avez la chance d’être sélectionné pour y participer, penser bien à trouver un bon tour manager ou à étudier la question des activités, on se retrouve très vite débordé sinon. Par exemple, lors de notre premier voyage, enfin notre première tournée avec Willowtree, d’autres suédois (décidément ces scandinaves), nous nous sommes retrouvés dans des situations inextricables où il fallait choisir entre passer des journées post concert au minigolf (les Etats-Unis étant le seul pays au monde où le mini golf est plus grand que le golf réel) ou dans un studio réputé de South L.A. où l’ex producteur de King Crimson ou de Talking Heads avait proposé ses services après avoir découvert le groupe.

Enfin, nous souhaitons à travers cet article bonne chance et bon courage aux vainqueurs qui iront visiter les Etats-Unis.