Pour accomplir ses objectifs « eco-friendly », qui consiste à atteindre 32 % d’électricité renouvelable dans le mix énergétique français d’ici 2030. Le gouvernement a présenté en juin 2018, un plan solaire qui détaille une série de mesures favorisant le déploiement des énergies renouvelables. Au cours de cet article Sibel Energie nous révèle les principales mesures pour les particuliers.

Les mesures pour les particuliers

Les subventions pour l’autoconsommation solaire sont maintenues :

Le coût d’achat des panneaux photovoltaïques a remarquablement diminué ces dernières années. Il est en effet subventionné depuis juillet 2017, ce qui veut dire qu’il est considéré comme un investissement rentable principalement pour les particuliers propriétaires de maisons individuelles.
Pour rappel, voici les aides dont ils peuvent bénéficier :

  • le taux de TVA réduit à 10% pour les installations photovoltaïques inférieures ou égales à 3 kWc ;
  • une prime à l’investissement en fonction de la puissance de votre installation versée sur 5 ans ;
  • jusqu’à 30 % de crédit d’impôt sur la domotique pilotant des dispositifs de chauffage.

D’après Sibel Energie, l’avenir du solaire est prometteur ! 2017 a connu une chute des coûts d’environ -24% pour les installations sur toiture d’après le Ministère de la Transition écologique et solidaire. Par ailleurs, l’évolution des prix a profité au marché qui a enregistré une forte croissance du côté de la production d’électricité solaire.

Les nouvelles primes à l’achat pour le solaire thermique :

Une prime à l’achat devrait être mise en place pour les dispositifs « thermo-solaire », c’est-à-dire le chauffe-eau thermique et le chauffage combiné thermique 2 en 1, chauffage et eau.
Ces deux systèmes fonctionnent grâce au solaire, à peu près comme les panneaux photovoltaïques, à la différence qu’ils ne possèdent pas les mêmes fonctions. Il existe, en effet, quelques différences entre le solaire thermique et le solaire photovoltaïque.
Pour faire simple, le solaire photovoltaïque permet de produire de l’électricité. Dans ce cas-là, la conversion de l’énergie solaire en électricité se fait par le biais d’un matériau semi-conducteur comme le silicium. L’élément de base est la cellule photovoltaïque et le produit commercial s’appelle un module photovoltaïque. Tandis que dans le cas du solaire thermique qui produit de la chaleur. La conversion du rayonnement solaire en chaleur se fait grâce au capteur solaire thermique.
D’ailleurs, les nouvelles subventions devront atteindre :

  • 1200 € pour le chauffe-eau solaire
  • 3600 € pour le chauffage combiné thermique.

La vérification des installations solaire :

Dans le but de protéger le consommateur, le gouvernement compte mettre en place des exigences de qualité portant sur les installations de dispositifs d’autoconsommation. Un contrôle sera effectué par le biais du CONSUEL (Comité national pour la sécurité des usagers de l’électricité) qui accordera une attestation de qualité. Cette mesure a pour but de lutter contre l’éco-délinquance et faire régner un climat de confiance sur le marché du solaire.

Des possibilités pour l’autoconsommation collective :

Auparavant, l’échange de l’électricité dans de le cadre de l’autoconsommation collective signifiait être connecté au même transformateur. Cette contrainte arrivera bientôt à son terme. En effet, cette mesure permettra de faciliter l’émergence d’éco-quartiers et d’optimiser le niveau d’autoconsommation au sein d’une communauté.

Leave a Reply