Les 2 tiers de la surface terrestre sont occupés par l’eau. Pourtant 97,2% de la surface est couverte d’eau salée, tandis que l’eau douce ne représente que 1,8%. D’ailleurs, les experts pensent que même avec ce faible taux, il existe assez de ressources pour tout le monde sur Terre, mais elles ne sont pas bien gérées par les politiques mondiales. Plus de 2 milliards de ménages survivent avec moins de 5 litres d’eau par jour et beaucoup d’autres, dans certaines régions du monde, n’ont pas accès à l’eau potable. Au cours de cet article, nous verrons avec Life ONG l’impact de l’inégale répartition de l’eau sur Terre.

Quelles sont les conséquences de la répartition inégalitaire de l’eau sur Terre ?

L’eau est l’élément essentiel à toute vie sur Terre. Actuellement, elle fait l’objet de beaucoup de débats sur sa gouvernance, ses modes de gestion et sa consommation. Car les ressources se répartissent d’une façon inégale dans le monde.

A cause de cette inégalité, 6000 enfants décèdent chaque jour dans le monde car ils consomment de l’eau non potable, notamment au Moyen Orient et en Afrique. Les Américains du Nord possèdent 6000 mètres cubes d’eau par an, alors que les Africains disposent seulement de 700 mètres cubes par an. Pire encore, même à l’intérieur des pays touchés par ce phénomène, la répartition de l’eau peut être très inégalitaire.

L’eau est l’instrument le plus puissant de tout développement humain, social et économique. Et sans accès à l’eau potable, aucun développement n’est possible, plus encore, l’accès à la santé et à l’éducation dépendent grandement de l’accès à l’eau potable.

Dans un contexte inquiétant tel que celui-là, la communauté internationale doit mobiliser ses efforts pour lutter contre cette inégalité de répartition de ressources.

Un fort engagement international

Dans le cadre, des Objectifs du Millénaire pour le Développement (OMD), la Communauté internationale s’est engagée à faciliter l’accès de la moitié de la population mondiale à l’eau potable.

En 2015, les Objectifs du Développement Durable (ODD) ont été définis pour poursuivre les efforts en faveur de l’eau potable. Ces objectifs sont plus ambitieux que les précédents et concernent aussi bien les pays en développement que les pays développés.

Les organisations non gouvernementales, de leur côté, ne cessent de fournir des efforts en faveur de cette ressource afin de faire face aux besoins croissants des populations. Par exemple, Life ONG s’engage à installer des structures d’assainissement de l’eau afin de satisfaire les besoins élémentaires des familles en termes d’alimentation, de santé et d’éducation.

Par ailleurs, même si les objectifs fixés n’ont pas été complètement atteints, d’énormes progrès ont été réalisés à ce sujet, notamment dans les milieux ruraux en Afrique.

Ces engagements semblent dessiner une nouvelle feuille de route pour aider les populations concernées à avoir accès à leurs droits fondamentaux et qui sont aussi indispensables au développement social et économique.