Certes les cryptomonnaies sont un agent économique important, qui a su moderniser l’environnement financier mondial, mais leur coût énergétique laisse toujours à désirer ! En effet, la production de ces monnaies numériques, surtout le Bitcoin, s’accompagne d’une consommation énergétique beaucoup trop importante et d’une grande émission en CO2. Chose qui cause bien évidemment des dégâts écologiques dont on commence à prédire les effets. Heureusement, une autre alternative existe : le Luiginocoin. Décryptage !

Le Luiginocoin : un substitut de choix !

Alors que les autres cryptomonnaies consomment énormément d’énergie, le Luigino Coin a su apporter une réponse adéquate à cette problématique. Effectivement, cette devise numérique initiée par le prince Nicolas 1er de Seborga, est connue par sa faible empreinte carbone. Un exploit que l’on doit principalement à un algorithme qui favorise une exploitation minière très peu énergivore.

En outre, l’exploitation du Luiginocoin repose sur l’exploitation de processeurs de simples ordinateurs à un rythme d’environ 30 secondes toutes les 4 minutes. Cette cadence représente le même volume d’énergie consommée quand un ordinateur est allumé en veille.

Un projet aux énormes perspectives

Pour Nicolas Mutte et pour la principauté de Seborga, ce projet est d’une importance capitale ! Il est en effet un véritable game changer dans l’univers des cryptomonnaies qui n’ont toujours pas su apporter une réponse concrète à leur forte consommation en énergie.

Consolidant sa réputation d’Etat numérique, la principauté a déjà commencé à promouvoir ce projet auprès de plusieurs pays africains, conscients de l’importance des cryptomonnaies dans l’environnement économique actuel. On peut s’attendre bien-sûr à ce que cette expérience soit généralisée dans d’autres pays européens, asiatiques ou d’Amérique latine. Les résultats prometteurs constatés à ce jour, laissent présager un bel avenir pour le Luiginocoin. Verdict dans quelques mois !