Face aux problèmes récurrents des grandes agglomérations (embouteillages, pollution, etc…), plus du quart de la population mondiale s’est tourné vers la micro-mobilité. Et pour cause : dans la plupart des centres villes, la vitesse de déplacement des véhicules ne dépasse pas 15 kilomètres par heure, ce qui cause beaucoup de frustration pour les citoyens. De ce fait, la micro-mobilité vient offrir, à certains ménages, un moyen d’échapper au stress quotidien.

La situation actuelle du marché de la micro-mobilité

La micro-mobilité a pris une autre dimension. On voit aujourd’hui plusieurs grands constructeurs automobiles se placer sur le segment de la micro-mobilité. Après l’E-Kick de Peugeot qui a été dévoilé en 2016, c’est au tour de Seat qui vient juste de lancer son eXS KickScooter. Comme bon nombre de constructeurs, les professionnels du secteur automobile veulent aussi s’attaquer à ce marché prometteur.

La société Lime, par exemple, a mis seulement 31 semaines pour atteindre les 6 millions d’utilisateurs. Ensuite, Uber a compris la situation et a ainsi acheté Jump Bikes et a investi dans Lime, des négociations d’acquisitions sont en cours avec Bird.

D’autre part, Lyft a acheté Citi Bike et a commencé la commercialisation de ses propres e-scooters. Et ce n’est pas tout, une nouvelle mode est en train de voir le jour. Il s’agit de la micro-mobilité partagée qui a suscité une attention particulière des investisseurs.

D’ailleurs, les entreprises de scooters électriques continuent de voir le jour dans le monde entier. En Europe, six start-ups d’e-scooters ont vu le jour et ont augmenté leur capital avec plus de 150 millions de dollars, depuis le début de l’année 2018. Parmi elles : Scoot, Beam, Wind Mobility, Vogo, etc. Elles ont toutes annoncé des augmentations de capital très importantes.

Le marché de la micro-mobilité partagée

Ce nouveau modèle a connu des investissements de plus de 5,7 milliards de dollars depuis 2016.  Il a également attiré une clientèle assez solide. Selon Hover Store, il l’a fait trois fois plus rapidement que le covoiturage. Cela revient principalement aux services offerts par les entreprises du secteur, comme Ofo en Chine et Jump Bikes aux États-Unis, qui mettent à disposition des consommateurs des options très pratiques, notamment pour le transport sur le dernier kilomètre.

Depuis le lancement des premiers scooters électroniques par Bird au début de 2018, presque tous les constructeurs (même d’automobile comme Ford et Volkswagen) se sont intéressés à cette idée. Cependant, jusqu’à présent la plupart des scooters électriques partagés sont fabriqués par Segway.

Les causes de cette expansion accélérée

Premièrement, la micro-mobilité semble satisfaire les gens, en terme de rapidité en déplacement par rapport aux moyens de transport ordinaires comme les voitures. En effet, il est plus agréable de faire son trajet sans être bloqué dans les embouteillages.

Deuxièmement, il s’agit des aspects économiques de cette tendance qui sont beaucoup plus favorables aux acteurs du secteur. D’après Hover Store, Les constructeurs avouent qu’il est très facile pour eux de développer les produits de micro-mobilité comme les trottinettes et les vélos électriques que de développer des voitures.

Leave a Reply