Les agents biologiques comme les bactéries, les champignons, ou encore les virus, peuvent être à l’origine de plusieurs maladies chez l’homme allant des infections jusqu’aux cancers. Les agents biologiques sont définis, dans la plupart des cas, comme étant des êtres vivants microscopiques. Même s’ils sont invisibles à l’œil nu, ils sont tout de même présents partout, dans l’environnement et chez les êtres vivants. Ils se transmettent en fonction d’une chaîne de transmission qui provient d’un réservoir d’agents biologiques où se concentrent les agents biologiques. Il peut prendre des formes différentes : inanimées comme le sol, l’eau ou encore un objet contaminé et vivant comme la peau ou la salive. Au cours de cet article, Jean-Jacques Perrut, biologiste de formation, nous fait découvrir les typologies des risques biologiques ainsi que les gestes de prévention à adopter.

 

Les agents biologiques et risques possibles

Généralement, la transmission se fait soit par voie respiratoire, soit par contact avec la peau mais rarement par voie digestive. D’après Jean-Jacques Perrut, les risques liés aux agents biologiques se divisent en quatre groupes :

Les risques infectieux : ce sont des infections liées très souvent à la pénétration et à la multiplication d’un micro-organisme dans le corps humain. Leurs principales conséquences sur la santé sont multiples et dépendent de nombreux facteurs comme la faiblesse des défenses immunitaires.

Les risques immuno-allergiques : Certains types d’agents biologiques sont des allergènes qui provoquent des réactions immunitaires parfois inappropriées voire excessives dans notre corps. Ces effets se manifestent sous forme de réactions allergiques et d’hypersensibilités.

Les risques toxiques : l’intoxication se traduit par un ensemble de troubles liés à l’action des toxines relatives aux agents pathogènes. On peut être exposé à :

  • Des exotoxines : ce sont des molécules actives sécrétées par certaines moisissures ou certaines bactéries. Elles sont à l’origine de pathologies sérieuses et des fois mêmes des cancers.
  • Des endotoxines : elles sont composés de certaines bactéries libérées au moment de la division ou de la mort de ces bactéries. Même s’ils persistent longtemps après la mort de la bactérie, leurs effet est cependant moindre par rapport à celui des exotoxines.

Les risques cancérigènes : certaines infections lorsqu’elles deviennent assez chroniques, elles peuvent parfois provoquer des cancers. Dans le cas d’une exposition excessive à des agents biologiques, l’apparition d’un cancer ressortira soit à cause de cette exposition répétée à une mycotoxine, par exemple, soit à cause d’une complication.

Les mesures d’hygiène à adopter

  • Éviter d’entreposer d’aliments, de médicaments dans les lieux où un risque biologique a été détecté.
  • Se laver les mains régulièrement notamment avant de manger, boire, avant et après l’utilisation des toilettes.
  • En cas de morsure, piqûre, ou coupure, laver sur le champ la plaie avec de l’eau et du savon en attendant de la désinfecter et de la protéger avec un pansement imperméable.

D’après Jean-Jacques Perrut, le savonnage est capable de tuer la plupart des micro-organismes, comme les virus de la grippe par exemple. Mais, dans certains cas, les solutions hydro-alcooliques peuvent être privilégiées en plus de l’eau et du savon.

Des fois, On peut même suggérer les vaccinations à savoir qu’il n’existe qu’un nombre limité de vaccins disponibles tandis que les agents biologiques existent en un nombre quasi-illimité.