Sous un nom un peu barbare, l’hyperhidrose désigne médicalement la production excessive de sueur. Médecins et chercheurs estiment qu’elle toucherait 3% de la population. Mais attention, on parle d’hyperhidrose quand la sudation surpasse de loin les quantités indispensables à la thermorégulation : il s’agit alors d’un véritable handicap (souvent aux causes médicales sous-jacentes). Sans aller jusqu’à de tels extrêmes, la transpiration excessive touche de nombreuses personnes et peut se révéler très gênante au quotidien, en particulier en société…

Pourquoi transpire-t-on ?

Maintenir notre corps à une température constante, voilà la finalité principale de la transpiration. Mais quand stress, ménopause, obésité et hyperthyroïdie s’en mêlent nous perdons un peu le contrôle. Bonne nouvelle : des techniques médicales peuvent vous libérer de ce fardeau.

Thermorégulation, nettoyage et protection

Le mécanisme de sudation a un rôle essentiel pour notre corps. Sans la sueur, la température de notre corps ne pourrait pas se réguler. Sans la sueur notre corps ne pourrait pas se débarrasser de certaines substances nocives présentes dans notre sang. Sans la sueur, notre épiderme est vulnérable : la sueur et le sébum forment une barrière protectrice sur notre peau.

Un mécanisme naturel parfois (très) gênant

Mais quand, la transpiration gêne et se produit de manière quasi systématique, en abondance et sans raison apparente, mieux vaut consulter son médecin pour écarter d’autres causes liées, rappelle la CRPCE. Avis aux personnes pour qui la sudation ne fait pas de cadeau : des techniques médicales efficaces existent pour retrouver une vie plus normale et pérenne.

Restaurer l’activité normale des glandes sudoripares

L’énergie micro-onde

Ce dispositif médical va détruire les glandes sudoripares en toute sécurité. Il envoie des ondes sur 4 millimètres, détruisant ainsi les glandes sudorales apocrines et eccrines (thermolyse). Les tissus à proximité ne sont pas endommagés grâce à la précision de la technologie des ondes ultra-courtes.

Avis de la CRPCE : Une technique sécurisée qui contrairement à certains dogmes, n’altère en rien le processus naturel de thermorégulation. En effet, les glandes sudorales des aisselles ne représentent que 2% des 4 autres millions réparties sur la totalité du corps. L’intervention ne « déplace » pas non plus la transpiration vers une autre région du corps !

L’acide botulique

Saviez-vous que l’acide botulique, alias botox, était aussi efficace pour traiter la transpiration excessive ? Comment ? En réduisant l’activité des glandes sudoripares des aisselles, des mains, des pieds.

Avis de la CRPCE : une excellente alternative pour retrouver un certain confort quotidien. Le Botox va en effet bloquer les muscles des glandes sudoripares : fini la transpiration abondante.

Leave a Reply