Jusqu’à présent, la France est toujours parmi les mauvais élèves de l’Union européenne au niveau de l’énergie solaire. Avec 16,3% d’énergies vertes en 2017, elle semble être loin d’atteindre les objectifs énergétiques fixés en 2008. Sachant qu’à l’époque, elle s’était fixée un objectif de 23% à l’horizon de 2030. Mais on ne sait jamais, les choses pourraient bien changer. Au cours de cet article nous verrons avec Habitat ENR, les principales modifications qui ont eu lieu au cours de la dernière décennie dans le marché énergétique français.

L’état actuel du marché français

Pour l’instant, les chiffres dévoilés par France Territoire Solaire à la fin du mois de mars ont montré que les installations photovoltaïques ont relativement baissé lors du quatrième trimestre 2018. Une puissance totale de 850 MW est installé, ce qui reste insuffisant pour atteindre les objectifs fixés, mais qui contribue quand même à la production de près de 4% de l’électricité verte en France.

Pourtant, la programmation pluriannuelle de l’énergie (PPE) projette une multiplication par 5 à 6 des installations photovoltaïques qui devraient se traduire par un passage de 7GW à 35GW vers l’horizon 2028, ainsi qu’une multiplication de 2,5 des installations éoliennes vers 2028.

L’évolution du mix énergétique

Bien que la France soit en retard par rapport aux objectifs fixés, elle a cependant été l’un des premiers pays européens à mettre en place une politique d’obligation d’achat. Même si celle-ci n’est devenue incitative qu’à partir de 2006. De plus, il ne faut pas oublier les autres incitations fiscales telles que :

Le crédit d’impôt pour les panneaux solaires qui se présente comme la première subvention accordée par l’État aux ménages souhaitant investir dans le solaire. La prime d’achat d’un chauffage solaire qui donne accès à un crédit d’impôt de 30%. La prime à l’autoconsommation qui donne accès à une somme qui sera versée pendant 5 ans, ou encore le Plan Solaire 2019 qui a été élaboré par le gouvernement et qui consiste à augmenter la prime à l’achat des chauffe-eau solaires et des chauffages.

À savoir que le but de toutes ces mesures est d’atteindre 32% d’énergie renouvelable dans le mix énergétique d’ici 2030.

Le solaire de demain

Lors de l’événement qui a été organisé les 10 et 11 avril par Solar Future France en partenariat avec la Tribune, Solar Plaza a fait un état des lieux du marché français, en dressant le portrait du future producteur d’énergie. Cet évènement était aussi l’occasion de mettre en lumière les tendances émergentes telles que l’autoconsommation, l’isolation, le solaire flottant ou encore la domotique. Toutes ces nouvelles technologies dessinent le futur du marché français à partir de 2030.